lundi 27 décembre 2010

L'amitié à l'aune du contrat d'après Rousseau

"Elle est un échange, un contrat comme les autres ; elle est le plus saint de tous. Le mot d’ami n’a point d’autre corrélatif que lui-même. Tout homme qui n’est pas l’ami de son ami est très certainement un fourbe ; car ce n’est qu’en rendant ou feignant de rendre l’amitié, qu’on peut l’obtenir." (Jean-Jacques Rousseau)

Il n’y a rien d’étonnant à ce que l’auteur du Contrat social assimile la relation amicale à un «contrat comme les autres». Encore faut-il savoir ce que ce type d’échange ou de corrélation est supposé mettre en œuvre et peut-être sauvegarder : rien d’autre si ce n’est la liberté. La forme d’association que recherche Rousseau, tant au plan politique que personnel ou familial, est celle qui permet l’exercice de la liberté fondamentale de décider de son sort et de n’obéir qu’à soi-même, même s’il préconise de se conformer aux lois civiles en donnant son assentiment à la volonté générale. Le contrat ne se contente pas de préserver la liberté, il présuppose la liberté d’entrer ou non en association. Le statut d’opposant au pacte social peut être légitime, tout comme il est légitime, en contre-partie, de subir les mesures légales réservées à ceux qui choisissent l’exclusion. A ce sujet, Rousseau l’exilé considère généralement que le consentement est dans la résidence : celui qui refuse le pacte doit partir (sauf bien sûr si le non-respect de la réciprocité du contrat est imputable au gouvernement). Devant une contrainte qu’il n’aurait pas la liberté de choisir, il manifeste un rejet viscéral et applique une seule règle, celle de la rupture. On a vu que celle-ci ne pouvait-être que bi-latérale, tout comme le contrat qu’elle nie. Mais aucun juge, aucune instance autre que les deux partis — les deux libertés en présence : individuelle (morale) et générale (politique) — n’a droit de regard dans cette affaire puisqu’il ne participe pas au contrat, par essence exclusivement duel. Il en va ainsi de l’amitié ; peut-être même en va-t-il de l’amitié (de cette dualité) dans l’idée même du contrat. N’oublions pas que, pour lui, l’amitié est le plus «saint» de tous les contrats... Ce n’est pas la constance des amitiés personnelles de Rousseau (sauf peut-être envers une femme) qui peut donner sens à cette allégation ; elle exprime donc essentiellement sa pensée politique. A savoir que le contrat social, de même que l’amitié, et en tant qu’amitié suprême, n’a d’autre justification que lui-même ni d’autre réalité que la consistance du lien entre deux libertés (morales, ou morale et politique, selon le type d'analyse que l’on fait). On est l’ami de son ami, nous dit Rousseau, et si ce lien casse d’un côté ou de l’autre, alors il n’y a plus de lien et plus d’ami du tout. L’ami n’est jamais seul et l’on n’est pas ami avec soi-même.

Pourtant qu'est-ce que la liberté — tant chérie par Rousseau — sinon par excellence une amitié envers soi-même ? Elle implique un dédoublement minimal de soi-même, une distance de soi ou une division d'avec soi, en tout cas un dialogue interne à l'issue duquel va se former le libre choix. La liberté possède donc cette structure duale qui est aussi celle du contrat et, irréductiblement, celle de l'amitié. Pourtant la structure du sujet ne se présente pas comme une relation paisible entre « deux amis », évidemment, mais comme une tension entre l'ami (ou le réel du sujet, en tant que passible d'amitié) et l'amitié qui, elle, n'est qu'une représentation du sujet voire un pôle d'identification (le sujet « est » libre, ou la liberté est son « essence », etc.). De ce fait, dans la contractualité, l'amitié intervient deux fois : d'abord comme polarité dans la structure duelle de la liberté (c'est la finalité, l'idéal à atteindre), ensuite comme l'autre nom de cette structure (c'est le cadre, la condition de la liberté). Etre l'ami « de » soi-même demeure une relation de soi à soi, où l'amitié est à la fois cette relation et ce qui est visé en elle. Belle construction idéaliste en vérité, puisque l'amitié peut être identifiée à la structure globale, auto-suffisante dans l'ordre politique, de la liberté contractuelle. Belle dénégation de l'ami en tant que réel – un ami – par conséquent, lequel demeure indifférent à cette structure qui voudrait le digérer et le faire disparaître. Mais ceci, décidément, est une autre histoire à écrire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire